OpenNebula 5.8 est sortie !

La nouvelle version majeure d’OpenNebula, nommée « Edge », vient juste de sortir.

Après des versions alpha, beta, et release candidate, le début d’année pour les développeurs OpenNebula n’a sûrement pas été de tout repos.

Quelles sont les nouveautés ? En bref :

  • Support natif des conteneurs LXD. Ils sont plus légers que des VM, ça peut intéresser du monde. Il y a donc pour celà un nouveau type d’hyperviseurs.
  • La sélection automatique des réseaux.
  • Datacenters distribués. La fonctionnalité ici est encore un peu floue, à voir quels sont les fournisseurs bare-metal de supportés…
  • Améliorations sur la scalabilité. Ici OpenNebula était très attendu sur ce point, les versions précédentes peinaient à supporter des milliers de VM (au délà de 180 VMs par hyperviseur la configuration par défaut s’écroule). A voir si c’est mieux maintenant !

La news officiel est ici.

Le Cœur

Plus en profondeur, le cœur de la nébuleuse supporte de nouvelles fonctionnalités, comme le renommage des snapshots disques, ou la possibilité de migrer à froid.

L’API

L’API a eu aussi droit à quelques améliorations concernant les performances, le but étant de pouvoir gérer toujours plus de VMs !

Des nouveautés pas que sur l’API mais aussi sur la CLI (option de pagination), et les bindings, avec OCA et python qui sont maintenant bien intégrés (via pyone). Cela permet, entre autres, d’avoir des modules Ansible pour piloter OpenNebula.

Sunstone

L’interface web avait déjà été bien retravaillée et améliorée lors de la précédente version majeure. Il y a donc peut de changements ici, mais toujours plus de personnalisation (les fichiers yaml des vues), les animations peuvent être supprimées, et l’autorefresh a été désactivé (il entrainait plus de bugs qu’autre chose…).

Point intéressant sur la planification d’actions qui peuvent maintenant être déclenchées à partir d’un autre événement et non plus seulement à partir d’une date. Par ex éteindre une VM 3 mois après avoir été créée. Solution bien plus souple !

Le réseau

Pour rendre la programmation de réseau virtuel plus souple, l’équipe a ajouté un attribut BRIDGE_TYPE. J’avais été confronté à ce soucis quand j’avais poussé le driver OVS+VXLAN, beaucoup de chose en rapport avec OpenVswitch était en dur dans le code. Ce n’est plus le cas maintenant.

La partie réseau voit aussi un bel ajout, avec l’arrivée des modèles de réseaux (templates). Là aussi c’est plus de souplesse, et de facilité pour les utilisateurs.

Toujours sur le réseau, l’ajout des alias d’interface, pour avoir plusieurs configurations IP sur une même carte.

Comme vu précédemment, le scheduler peut maintenant choisir automatiquement le réseau. Tout comme il pouvait avant sur certains critères choisir l’hyperviseur, c’est le même principe pour le réseau.

Le stockage

Pour la partie stockage, des améliorations sur la collecte de l’espace disponible, et aussi sur le driver LVM. A noter par ex l’arrivée d’option de zero’ing pour les LVs, afin d’éviter de récupérer des données précédentes…

Un bon point aussi qui était attendu depuis longtemps est la persistance des snapshots disques après migration. En effet, avant cette version, ils disparaissaient à la moindre migration. Enfin !

Le marché

Avec l’arrivée des LXD et du nouveau type d’hyperviseur en rapport, un nouveau marketplace est mis en place pour proposer ce type d’image.

Conclusion

Et bien sûr, cette nouvelle version apporte aussi son lot de bugs corrigés !

La release note détaillée est ici.

La procédure de mise à jour se passe comme d’habitude, via le gestionnaire de paquets, quelques fichiers de configuration a revoir pour les nouvelles fonctionnalités, et la mise à jour de la base via l’outil fournit (onedb upgrade).

Pour conclure, il s’agit d’une nouvelle version forte intéressante. OpenNebula continue de bien évoluer et prouve aussi que l’équipe est à l’écoute de ses utilisateurs (LXD par ex). A suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *